Miroir d'une ombre

1993 - Ecriture

Miroir d’une ombre est tirée de l’expérience de caroline Duval qui, à 20 ans s’est rasée la tête pour incarner le rôle masculin d’une pièce de théâtre. Elle raconte en 7 étapes ses impressions, le regard des autres dans un Paris des années 90.

Extraits

Il était une fois des petites racines sur mon crâne

Ces petites racines sont devenues graines

Ces graines ont poussé feuillu.

Ce feuillu s’est allongé d’un tronc

Et ce tronc a touché le grand ciel

Mon crâne pouvait alors parler…

 

Aveugle-née

Quelle image est mienne ?

Quel langage m’articule ?

J’erre sans corps ni bouche

Hébride d’un monde autre que moi…

N’étant pas moi…qui suis-je ?

M’a-t-on prêté une âme

D’un quelqu’un plus, plus moi ?

Que fait il alors d emoi ?

S’il n’est plus à lui ?

Peut être que je ne suis plus

Je ne suis plus là

Je ne vois plus ci et ça

Je me sens plusieurs

Tout à la foid

J’aspire à toute image

A tout mot qui bercera

Je suis vous en moi…

 

Regard infini

Une naissance décryptée, bue

D’une bouche suave, un baiser

Mon cri m’en rappelait un autre

Vidé d’un sang lié au mien

Je ne suis qu’idée accouchée d’un voyage

Le seul où la terre ne change

Où l’image ne bouge

Est-ce cela la vérité ?

Un voyage sans bouger ?

La quête parlait d’un regard

Perlé de doigts, fibres sensiitifs

Sans défiance, ni regrets.

Ils ont pris leur souche

Au creux d emes yeux

Et relient mon regard

A leurs cieux

Un beau fil infini

Des gens jusqu’à Dieu.